Différences entre VMC et VMI

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Non classé

L'installation d'une VMI

Albi | Cahors | Castres | Montauban | Toulouse

Quelles différences entre VMC et VMI ?

La Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) et la Ventilation Mécanique Insufflée (VMI) servent à améliorer la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments. Cependant, ces deux technologies diffèrent considérablement dans leur fonctionnement, leurs avantages et leurs applications.

La Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC)

La VMC est un système de ventilation conçu pour extraire l’air vicié de l’intérieur d’un bâtiment. Elle le remplace ensuite par de l’air frais provenant de l’extérieur. Elle demeure particulièrement courante dans les habitations, les bâtiments commerciaux et industriels.

Voici quelques caractéristiques importantes de la VMC.

La VMC fonctionne en utilisant un ventilateur pour extraire l’air vicié des pièces de la maison. Cet air est ensuite évacué à l’extérieur. Le dispositif crée une dépression qui attire de l’air frais de l’extérieur à travers des entrées d’air spécifiques.

Le dispositif permet de contrôler efficacement l’humidité, d’éliminer les polluants de l’air intérieur et d’améliorer la qualité de l’air. Elle contribue à prévenir la formation de moisissures. Enfin, elle aide à maintenir un environnement sain. En revanche, la VMC peut entraîner une perte d’énergie car elle expulse l’air chaud en hiver et l’air froid en été. Cependant, il existe des systèmes de récupération de chaleur (VMC double flux) qui minimisent cette perte.

Enfin, disons que la VMC est adaptée aux maisons résidentielles, aux immeubles de bureaux, aux écoles. Elle prend place aussi dans d’autres types de bâtiments où il faut maintenir une bonne qualité de l’air intérieur.

La Ventilation Mécanique Insufflée (VMI)

La Ventilation Mécanique Insufflée, également connue sous le nom de ventilation positive, fonctionne de manière opposée à la VMC. Au lieu d’extraire l’air vicié, la VMI introduit activement de l’air purifié dans l’environnement intérieur.

La VMI utilise des ventilateurs pour insuffler de l’air purifié dans un bâtiment. Ainsi, elle produit une pression positive qui empêche l’air extérieur non filtré d’entrer. L’air extérieur passe au travers d’un filtre pour éliminer les polluants et les allergènes. Ensuite, la VMI maintient une qualité de l’air constamment élevée à l’intérieur en empêchant la pénétration d’air extérieur non filtré. Elle intervient notamment dans les environnements où la pollution de l’air extérieur est élevée. La VMI peut consommer plus d’énergie que la VMC en raison de la nécessité de faire fonctionner les ventilateurs en permanence. Cependant, on peut intégrer des systèmes de récupération de chaleur à la VMI pour minimiser cette consommation.

Pour terminer sur ce chapitre, la VMI est couramment utilisée dans les laboratoires, les salles blanches, les salles d’opération et les installations pharmaceutiques. Et de manière générale, dans tout autre endroit où un contrôle strict de la qualité de l’air reste essentiel.

Comparaison entre VMC et VMI

La VMC vise à extraire l’air vicié, tandis que la VMI vise à introduire de l’air purifié. Par ailleurs, la VMC crée une dépression pour évacuer l’air vicié. La VMI établit une pression positive pour empêcher l’air extérieur non filtré d’entrer.

La VMC peut provoquer des pertes d’énergie. A l’opposé, la VMI peut consommer plus d’énergie en raison du fonctionnement constant des ventilateurs.

En résumé, la principale différence entre la VMC et la VMI réside dans leur approche de la ventilation.

 

Ainsi, la VMC extrait l’air vicié, tandis que la VMI introduit de l’air purifié.

Le choix entre les deux dépend des besoins spécifiques en matière de qualité de l’air et de l’application envisagée.

N’hésitez pas à contacter nos équipes pour en savoir plus à ce sujet.

Ce qu’il faut retenir

La VMI régule en permanence les flux d’air en comparant le taux d’humidité de l’air intérieur et de l’air extérieur pour maintenir un taux d’humidité compris entre 40 et 60% ce qui correspond au taux recommandés pour la santé. De plus elle permet de préchauffer l’air insufflé pour ne pas diminuer le confort et apporter trop de froid. Quand ce n’est pas nécessaire elle limite son fonctionnement pour ne pas consommer trop d’électricité. En été, elle minimise son fonctionnement lorsque la température monte à l’extérieur pour ne pas amener trop d’air chaud et ventile normalement quand la température baisse pour apporter de l’air frais.

Il s’agit d’un fonctionnement intelligent qui s’adapte en permanence au besoins du logement et de ses occupants grâce à des capteurs et des algorithmes évolués, contrairement à une VMC qui marche en permanence de la même manière qu’il fasse chaud, froid, sec ou humide.